Pourquoi améliorer son expression écrite et orale en français?

L’importance de l’expression écrite sur l’image de l’entreprise

Une enquête d’OpinionWay de 02/2020 indique que plus de 90 % des DRH estiment qu’une expression écrite médiocre impacte négativement l’image de leur entreprise.

Il semble évident qu’un écrit de mauvaise qualité montre au lecteur une forme de négligence et de désinvolture qui empêche l’impression de qualité globale, donc de confiance.

Il est également démontré que des fautes (orthographe, syntaxe, grammaire) sur un site internet ou sur des documents numériques (publicitaires par exemple) peuvent freiner ou empêcher une vente.

Les écrits ont donc une importance cruciale dans le monde professionnel et économique.

Il faut garder à l’esprit que les échanges écrits (par courriel notamment) sont devenus tellement fréquents et nombreux que les occasions de véhiculer une image (bonne ou mauvaise) ne manquent pas…

L’orthographe et la marque de l’entreprise sont en effet étroitement liées.

L’orthographe serait aussi un marqueur social

Cette étude OpinionWay réalisée pour Bescherelle montre que le niveau d’orthographe est un critère de discrimination, aussi bien dans le milieu privé que dans le milieu professionnel.

15 % des entreprises confient que la promotion d’un salarié peut être freinée à cause d’un niveau insuffisant en orthographe.

Christophe Benzitoun est enseignant-chercheur en sciences du langage à l’université de Lorraine. Il considère que c’est la maîtrise de l’orthographe qui permet d’acquérir des connaissances dans toutes les matières scolaires, faisant d’elle la cause principale de l’échec scolaire lorsqu’elle est insuffisante.

La formation en français (orthographe, grammaire, vocabulaire, syntaxe) est un sujet important pour l’entreprise.

Loïc Drouallière est l’auteur de “Orthographe en chute, orthographe en chiffres”.
Il explique lui aussi que la baisse du niveau d’orthographe observée de l’école primaire jusqu’au lycée aurait un impact sur l’avenir des étudiants.

Un très intéressant sondage IPSOS d’octobre 2021 pour le projet Voltaire

2500 recruteurs ont été sondés et le constat est sans appel :

  • Pour 91 % des décideurs, la qualité de la relation client pâtit d’une expression fragile ou d’une orthographe déficiente
  • 77 % des employeurs estiment que ces lacunes affectent également la productivité et l’efficacité interne
  • Deux tiers des décideurs affirment même que mal s’exprimer nuit directement à la performance financière de l’entreprise
  • 86 % des employeurs estiment en effet que la maîtrise de la langue française est une compétence prioritaire dans leur secteur d’activité

Ces craintes sont renforcées avec l’avènement du télétravail :

  • 90 % des employeurs estiment que la qualité de l’expression écrite est encore plus importante en période post-covid
  • Des fautes d’orthographe dans un CV ou une lettre de motivation et une mauvaise qualité d’expression écrite et orale sont des critères rédhibitoires pour quatre recruteurs sur cinq
  • Dans le cadre de l’évolution de carrière d’un salarié, huit employeurs sur dix estiment qu’un mauvais niveau de français est un obstacle à sa promotion.

Autre point important : lors d’un entretien d’embauche, les recruteurs sont beaucoup plus attentifs à la maîtrise du français qu’à celle de l’anglais.

Ils sont 73 % à écarter en entretien un candidat ayant des difficultés à s’exprimer en français, et 33 % seulement à écarter une personne qui ne maîtrise pas l’anglais.

17 % des recruteurs connaissent et citent la Certification Le Robert lorsqu’ils évoquent une certification de niveau en français langue maternelle.

En résumé : pour un très grand nombre de décideurs, un faible niveau en orthographe et en expression est susceptible de peser négativement sur les résultats de l’entreprise.

L’importance de pouvoir mesurer objectivement et justifier son niveau en langue

Pour les langues étrangères : le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) a été conçu dans l’objectif de fournir une base transparente, cohérente et aussi exhaustive que possible pour l’élaboration de programmes de langues, de lignes directrices pour les curriculums, de matériels d’enseignement et d’apprentissage, ainsi que pour l’évaluation des compétences en langues étrangères.

6 niveaux de compétences ont été décris : A1 et A2, B1 et B2, C1 et C2.

Le niveau A1 correspond au niveau de découverte de la langue (niveau introductif) alors que le niveau C2 reflète le niveau de l’utilisateur expérimenté (niveau maîtrise)

Différents tests permettent de justifier un niveau précis en fonction de cette classification CECRL.

Mais comment justifier de son niveau en français lorsqu’il s’agit de sa langue maternelle ?

Des solutions sérieuses ont été mises en place. Par exemple, la Certification Le Robert, connue des recruteurs et facilement accessible, permet à chacun d’établir officiellement son niveau en français.

Cette solution est particulièrement appréciable pour les écrits professionnels.

Compte tenu des sondages évoqués plus haut, il est aisé de comprendre qu’une certification en français langue maternelle (FLM) comme celle proposée par Le Robert est à la fois recherchée et appréciée par les recruteurs et les dirigeants.

Comment fonctionne cette Certification Le Robert ?

Elle peut être passée en ligne depuis chez soi, quand on le souhaite.
On peut la passer directement ou à la suite d’une formation (en ligne également) permettant non seulement de réviser mais aussi d’améliorer son niveau avant l’examen.

L’examen comporte 350 questions en 1h45.
La certification est valable 3 ans.
Elle est reconnue pas les recruteurs, les administrations, les écoles, etc.
Elle indique un score sur 1000 points.

A lire également